LOGO BLOG.png
  • Valou

Vouloir un enfant ou non... C'est un choix à prendre !

Hello !


Cet article me tient beaucoup à coeur et j'y pense depuis un moment. Je me suis enfin décidée à vous le partager aujourd’hui.

Je sais qu'il pourra être utile à certaines personnes et qu'il déplaira à d'autres. Je tiens à préciser que je ne suis le porte-parole de personnes, chacun est libre de penser et de faire ses propres choix.


J'ai actuellement 32 ans, je suis en couple depuis plusieurs années maintenant, j'ai un travail stable : j'ai donc une vie assez classique mais a priori il manque une chose...

J’entends régulièrement ces questions :

- "Tu as pensé aux enfants ?"

- "Attention à ton horloge biologique ! Tu devrais songer sérieusement à avoir un enfant avant qu'il ne soit trop tard !"


Donc vous l‘aurez compris, à priori il manque une pièce au puzzle : un Enfant...



Pour beaucoup de personnes c'est une étape incontournable, la suite d’une vie de couple. Maintenant, certaines mentalités ont changé. Je dis bien "certaines" car tout le monde ne pense pas de la même manière. Aujourd'hui, nous avons le choix, nous pouvons et nous avons le droit de ne pas vouloir d'enfant, de concevoir sa vie sans enfant. Nous vivons dans une époque où tout est contrôlable grâce à la contraception, nous pouvons donc repousser le moment de procréer. Remontons quelques années en arrière et vous remarquerez que Freud avait décidé de stopper sa vie sexuelle à 40 ans car il ne souhaitait pas devenir père une fois de plus... Il voyait Martha épuisée par ses grossesses et il ne voulait plus la voir angoissée à l'idée de devoir en "subir" une nouvelle... La case "abstinence" est maintenant révolue et heureusement !

Cependant, ce fameux choix / droit d'avoir ou non des enfants n'est malheureusement pas toujours respecté par autrui.


Lorsque j'annonce que je ne souhaite pas avoir d'enfant pour le moment, on me regarde comme si j'avais assassiné une personne. A ce moment précis, certaines interrogations arrivent : "tu changeras d'avis quand tu te sentiras prête..." - Oui et non ! Est-ce que je me sentirai prête un jour ? Je ne sais pas et personne ne le sait à vrai dire.

Lorsque j'étais adolescente, je n'ai jamais vraiment été attirée par les enfants, je voyais les mamans devenir complètement dépendantes de leur "progéniture". Je les voyais transformer leurs quotidiens, elles pouvaient moins voyager, moins sortir et cette image m'a fait prendre conscience à l'époque que je ne souhaitais pas avoir un enfant tout de suite. Plus le temps passe et plus je me rend compte que devenir mère n'est pas une priorité (pour ma part). C'est une très grosse responsabilité et elle est beaucoup trop importante pour moi. C'est un véritable chamboulement et je ne me sens pas prête (et je ne sais pas si je le serai un jour) à passer le cap.


Voici d'autres phrases auquel j'ai droit régulièrement :

- "tu te prives d'une joie immense" : il n' y a pas de privation puisque c'est un choix. Etant donné que je n'en veux pas pour le moment, je ne peux pas me sentir privée de quoi que soit... Par exemple, si tu ne veux pas de chocolat, tu ne te sentiras pas privé d’en manger puisque tu n’en as pas envie.

- "ton chéri ne souhaite pas non plus un enfant ?" : Non...

Et je pense que si nous étions dans le cas contraire, une discussion s'imposerait et il faudrait voir comment la relation peut évoluer au vu de nos désirs divergents. S'il n'y a pas de solution, à ce moment précis, on se rendrait à l'évidence que la relation ne peut pas se poursuivre sereinement et en harmonie car soit moi soit lui souffrira (voir même les deux). La culpabilité pour l'un et le regret pour l'autre prendront un jour ou l'autre le dessus et ce sera source de conflit et de souffrance.

En revanche, dans certaine situation, le/la conjoint(e) peut faire changer d'avis son/sa partenaire. C'est un tout autre sujet...

- "Tu n'as pas envie de laisser une trace de toi, de perpétuer ton nom ?" : à dire vrai ce n'est pas une priorité et surtout vu à quoi ressemble ce monde, je n'ai pas envie que mon enfant subisse tout ça.

- "Lorsque tu vois une maman avec son bébé, ça ne te donne pas envie ?" : Je suis tout de même émerveillée, gaga et attendrie devant un bébé... Les enfants sont mignons, je ne peux pas dire le contraire mais je ne peux pas nier le fait que j'apprécie de rentrer chez moi et de retrouver le calme après une journée ou une après-midi en leur compagnie.

- "Porter un enfant c'est merveilleux, tu ne connaîtras jamais ça, tu t'en rends compte ?" : Et bien j'ai envie de dire : "c'est pas grave, si je peux y échapper, tant mieux !". J'ai une relation très particulière avec mon corps, ça a été difficile de l'accepter tel qu'il est et il m'arrive encore aujourd'hui de le détester. Lui faire subir une grossesse m'effraie énormément : le voir se modifier semaine après semaine serait une étape difficile à surmonter. J'ai conscience que c'est purement égoïste mais j'assume.

- "Tu te rends compte que si tu ne fais pas d'enfants, tu vieilliras seule, ça ne te fait pas peur ?" : alors, je ne vous cache pas que cela me terrifie effectivement mais est ce que l'on fait des enfants pour qu'ils deviennent notre béquille lorsque l'on sera vieux ? Je me dis parfois que certains ont des enfants et vieillissent quand même seuls et malheureux. Si je choisi de ne pas avoir d'enfant, je serais certes seule mais pas malheureuse d'avoir été abandonnée par ma famille.


Face à tous ces questionnements, je trouve cela dommage de devoir être sur la défensive, d'avoir la sensation d'être jugée. Pourquoi devrais-je me justifier d'un choix qui m'est totalement intime ?

Je reste tout de même en plein questionnement : en ai-je envie ou pas ? Je n'ai pas de réponse. Parfois, je me dis : oui et parfois je me dis le contraire. Ce serait un "oui" parce que c'est supposé être le cours des choses et "non" parce que je ne me vois pas maman et encore moins élevé un enfant dans la société telle qu'elle est actuellement. Elle me déplaît et me choque chaque jour.

Les personnes que j'aime connaissent mon ressenti, ils l'acceptent et restent bienveillants et je les remercie pour ça. En revanche, ce sont en général, les personnes que vous connaissez peu qui vous mettent mal à l'aise.

Bizarrement, la maman qui a fait le choix d'avoir 3 enfants, on ne la questionne pas (on pourrait lui demander pour quelles raisons a-t-elle décidé d'avoir autant d'enfants ? est-ce qu'elle a pensé à la planète étant donné qu'elle est déjà surpeuplée ?), ce serait complètement absurde, n'est ce pas ? Et bien... prenez conscience que demander à une femme pourquoi elle n'a pas d'enfant l'est tout autant. Et par la même occasion, vous risquez un malaise si cette femme en question ne peut pas en avoir et préfère rester discrète sur ce sujet !!

On a tendance à oublier mais parler d'enfant reste un sujet extrêmement intime.


C'est difficile de ne pas faire comme tout le monde mais une fois de plus pourquoi porter un jugement sur les choses qui ne semblent pas être "normales" pour soi alors qu'elles le sont pleinement pour d'autres ? Chacun est libre d'agir comme il l'entend. Chacun choisi de vivre sa vie comme il l'entend.

Je le dis régulièrement, nous sommes maître de notre Vie. Vivre la sienne pleinement est déjà bien assez compliqué alors si on peut éviter de se mêler de celle des autres. :))


J'ai compris que je fais partie des personnes qui n'ont pas envie de se sentir "prisonnière de sa vie" en faisant des choix qui ne me correspondent pas. Je n'ai pas envie de faire un enfant parce que c'est la marche à suivre.

J'ai envie de VIVRE et pour moi vivre c'est être libre. Alors, suite à cela, beaucoup de gens me diront que je peux me sentir libre avec un enfant et ils auront certainement raison. D'ailleurs personne n'a tord ou raison dans cette histoire. C'est juste ma vision de la Vie qui est différente. Pour moi, avoir un enfant (pour le moment c'est mon ressenti à l'instant T) c'est mettre une barrière à ma liberté !

En revanche, je ne suis pas radicale, je ne me dis pas : "je n'aurai jamais d'enfant et je ne changerai jamais d'avis". Aujourd'hui, à l'heure où je vous parle, je n'en veux pas. Mais je ne sais pas ce que demain me réserve...


Il faut savoir aussi que féminité ne rime par forcément avec maternité. Il ne faut plus avoir peur d'avoir cette pensée. Si vous ressentez ça, ne culpabilisez plus...


Et s'il vous plaît mesdames qui souhaitent ou qui ont eu des enfants, ne soyez pas désagréables, acceptez juste ce choix de vie, le choix de vouloir vivre sans enfant.


La morale de cet article est qu'il faut respecter les convictions de chacun et ne pas porter de jugement sur leurs décisions.


Merci d'avoir pris le temps de me lire jusqu'au bout. :)


A très vite,

Valou



Pinterest - Instagram



118 vues0 commentaire